Quel rapport existe-t-il entre le massage et l’alphabet hébraïque ? C’est bien la question que je me posais avant de rencontrer Rose-May Norouty, une énergéticienne au travail atypique...

Lundi matin, 9h30, je pénètre dans le cabinet où la table de massage trône au milieu des effluves d’huiles essentielles et de quelques statuettes. Nous échangeons sur la façon dont nous allons procéder pour l’interview. Elle me propose d’aller directement au cœur du débat, en expérimentant là, maintenant, son travail. Partante pour cette aventure, je m’allonge sur la table. Commence alors un massage sur chaque partie du corps : un frottement assez ferme, un balayage de chaque parcelle de peau. Je me détends, des visions viennent à moi : des spirales, des formes qui s’imbriquent les unes aux autres et repartent avec fluidité dans l’espace d’où elles viennent. Des couleurs, des magmas, de la géométrie. Ensuite, vient le travail sur les chakras, chaque point est touché, d’une certaine manière, avec certains mots. Des prières sont dites, à voix basse, mais l’atmosphère magique me permet de les entendre. Des mots, cette fois à voix haute, en hébreux, sont dits dans un sens précis. Puis, en fin de travail, elle prend des huiles essentielles pour écrire, sur certaines parties du corps, des Lettres Hébraïques... Je ressens alors des énergies s’incarner en moi... Cette atmosphère est particulière et je me sens cotonneuse lorsqu’elle me dit que le travail sur le corps est fini, je peux me lever, me rhabiller ; mais la séance ne s’arrête pas là...

Avec beaucoup de douceur, Rose-May me propose de prendre place à ses côtés et me transmet ce qu’elle a « reçu » lors du massage. Cette première séance est la « cartographie », elle sert à voir comment les choses se sont passées à l’incarnation. C’est l’état des lieux du ici et maintenant puisqu’en Hébreux, il n’y a ni passé ni présent il y a : « j’accomplis un état » ou « je n’accomplis pas ». Je découvre alors le « code » que mon corps d’énergie a choisi pour s’incarner, et ce qui demande à être rétabli. Elle m’explique que les deux séances suivantes serviront à travailler le nom du père puis de la mère. Ce travail énergétique permet de rééquilibrer les énergies du Nom. Cette puissance énorme, libère l’individu, et offre un regain de confiance en sa propre créativité, enracine la personne. « Les Lettres sont capables de recevoir une puissance cosmique considérable sans défaillir, c’est pourquoi elles sont sacrées. » Elle me montre ensuite le schéma de l’arbre des Séphirots et m’explique que l’axe de droite correspond au Père, le gauche à la Mère, et l’axe central est notre propre fréquence, notre « Nom vibratoire ». Elle me parle du Yod, la plus petite Lettre de l’alphabet. « Le Yod était là très présent lors de votre massage, elle était entourée d’une écorce... j’ai a eu des visions de la Pentecôte. Lors de cet épisode, le Yod est venu apporter la connaissance aux disciples du Christ. Les étincelles de feux autour des apôtres les ont pénétrés au niveau du 3ème œil et leur ont apporté la connaissance par le Verbe. J’ai écrit sur votre chakra sacré, avec une huile essentielle en résonance avec le troisième œil, cette phrase que j’ai reçue pour vous : « Au commencement créa l’écoute de l’intelligence de la Femme » ». Encore toute engourdie suite au massage que je viens de vivre, je dois faire un effort particulier pour que mon mental raccroche les wagons.... petit succès... Je me laisse aller en fréquence automatique et fais confiance en mon magnéto pour tout enregistrer...

« Souvent, les personnes viennent me voir car elles ne savent plus où elles en sont. Ce travail permet de remettre les éléments à leur juste place. Je travaille sur les chakras et je dis des prières en hébreux pour élever le corps au niveau vibratoire. C’est Aaron qui m’a transmis ce rituel : faire traverser le corps à travers la puissance des lettres. Je travail selon deux clés de son : si je dois mettre la personne en phase avec son incarnation je travaille avec la langue dans le bon sens de lecture, et si je dois porter un élément cosmique, je travaille avec le son inversé pour pouvoir être en miroir. Ensuite, je conseille à la personne de répéter la phrase, chez elle, comme un mantra, afin de rétablir l’équilibre. L’arbre des Séphirots est un arbre parfait. Nous sommes tous en incarnation dans un déséquilibre, et le travail proposé permet de retrouver l’équilibre primordial. Mon travail permet de rétablir l’arbre dans le corps de chair. Le son prépondérant va me venir pendant la séance pour aider la personne à retrouver l’équilibre. »

Je cherche à en savoir plus sur le pourquoi de son travail et j’apprends que Rose-May n’est pas d’obédience juive et qu’il y a quinze ans, elle ne connaissait rien à la kabbale. Elle s’est construite seule, avec ses ressentis, ses visions, et l’application dans la matière des enseignements reçus sur un autre plan de conscience. « Un jour je massais un ami, et voici l’interrogation qui m’est venue « Si je prend le nom de cette personne et que j’intervertis les lettres, ai-je le droit, sur le plan universel, de composer un autre mot ? » Cette question m’a menée vers la kabbale et j’ai découvert que cette action est la science suprême des kabbalistes. J’ai donc appris l’hébreux en travaillant sur la calligraphie. Mon professeur m’a proposé de méditer et dès le début, les lettres sont remontées dans mon corps, je les ai vues bouger, et éveiller des points d’échauffement. J’ai ensuite compris que certaines de mes méditations étaient en rapport direct avec des éléments de l’ancien testament. J’ai trouvé cela fabuleux, je me suis dis : « qui est-ce qui parle là ? », et j’ai compris que c’étaient mes cellules. Chaque être humain a une meta-mémoire que l’on peut réveiller... cela m’a amenée à travailler pendant trois ans le livre de Tobit, et chaque fois que je comprenais quelque chose du texte sacré, je le reportais au corps.
Puis, lors d’un soin sur une personne, Aaron a fait traverser mon corps de trois Lettres. J’ai compris que je devais existentialiser l’énergie de chaque Lettre et les travailler sur le corps et les chakras dans un ordre bien défini.
Le travail que je propose aide les personne à se connaître vibratoirement, c’est un travail quantique. La Torah est un code de fréquence extraordinaire, mais il faut savoir la lire, on m’a donné des clés de compréhension, on m’a montré les Lettres que je devais prendre pour créer des mots. Ce qui m’importe c’est que les personnes s’autonomisent et redécouvrent l’état de Joie, qu’elles cessent d’être ballottées par toutes sortes de courants énergétiques, en un mot, qu’elles deviennent maîtres de leur existence. »

  Rose-May propose des consultations ainsi que des ateliers sur le travail du son et des lettres hébraïques. Elle consulte sur Avignon.
  Pour en savoir plus sur son livre et son logiciel, contactez-la au 06 76 04 44 26 ou ronouty.rose-may@orange.fr